Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : Passons au 49er !!!

Passons au 49er !!! 25 Mai 2017 15:27 #5116

  • ggc
  • Portrait de ggc
  • Hors Ligne
Baptiste écrit:
Ok à voir... j'attend la confirme que le mondial Fx est open comme l'européen et on avise ;-)
De toute manière tu pourras participer au Ch de France 49er Elite à Sanguinet en octobre ouvert à tous les licenciés, l'an passé des équipages mixte, féminin et hommes jeunes étaient déjà à Sanguinet en FX (9 bateaux FX + 49er)
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Passons au 49er !!! 28 Mai 2017 12:47 #5127

  • ajuignet
  • Portrait de ajuignet
  • Hors Ligne
Hello,

Un petit CR après 2 jours de navs.

Jeudi conditions 8 noeuds, première nav avec madame. Nous etions à la limite d'etre tous les deux au trap au près. On s'est super bien amusés, parfait pour decouvrir le bâteau. Bon le spi était mal monté du coup pas pu essayé snif snif. Le bâteau n'est pas traitre du tout. Nous sommes rentrés tout sec... Magnifique.

Vendredi, sortie avec Matthew dans 12 noeuds. Là c'était beaucoup plus drôle et finalement plus facile. Le bateau avec la vitesse est plus stable j'ai trouvé. Cette fois-ci le spi était bien monté donc j ai pu tout essayé le bear away, les virements, les gybes. il va falloir pas mal d entrainement pour faire de belles maneuvres. Matthew m a pas mal fait travaillé sur toutes les maneuvres et la syncro vitesse au pres entre le barreur et le crew. Les tips qui m a vraiment aidé sont de bien regardé devant, de faire les maneuvres doucement, se concentrer sur ce que l on va faire, bien communiquer...et surtout etre super zen. Je vais aussi m acheter un lycra (chiant d avoir les bouts coincés dans les sangles du gilet). Nous finirons une fois à l'eau sur la session.

J ai adoré les sensations de barre, le travail commun entre le barreur et le crew pour faire marcher le bateau au pres et le challenge des maneuvres. Nous ne regrettons pas notre achat. Bien sur les sorties dans du vent j'imagine seront compliqués mais dans du medium, c est vraiment super.

D'apres matthew, la difference entre le fx et le rig normal, se situe au portant, au pres c est tres similaire. Au portant avec mon poids, il faut lofer plus que sur le full rig.

Enfin voila nous sommes très contents. Merci à Bapt, pour les reglages et les conseils. Nous avons utilisé 32/16/16 mais apres discussion avec Matthew, on aurait pu avoir plus de puissance (165 kg d'équipage)

Alex
Waszp #2230 & Nacra F18
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Passons au 49er !!! 28 Mai 2017 14:04 #5128

  • ggc
  • Portrait de ggc
  • Hors Ligne
Ou en ayant le gréement du 49er..... content que ça te plaise, autre chose que ton bateau précédent????
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Passons au 49er !!! 28 Mai 2017 17:19 #5133

  • ajuignet
  • Portrait de ajuignet
  • Hors Ligne
Gg, le full rig du 49er n'est pas physiquement jouable pour une équipière. Nous serons evidemment très lourd pour le FX mais:
1) on pourra tenir le bâteau dans plus de vent
2) il y a largement de quoi apprendre, s'amuser et avoir du challenge avec le FX.
Nous ne regrettons pas notre choix.

Pas de regret relativement au 4000 non plus, c'est vraiment agréable d'avoir de la place et d'être debout.

Autre point, ne naviguant pas depuis longtemps nous savons suffisamment pour ne pas faire de grosses bêtises mais nous sommes aussi maleables pour apprendre et désapprendre (par exemple ne pas s'asseoir)

Alex
Waszp #2230 & Nacra F18
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Passons au 49er !!! 28 Mai 2017 20:18 #5137

  • ggc
  • Portrait de ggc
  • Hors Ligne
Je parlais du grand gréement en plaisantant, je pense que le FX est un bon choix.
Pour ta gouverne, si le vent monte et que tu ne te sens pas suffisamment aguerri pour barrer au trap, n'hésite pas de naviguer en posant un genoux sur la planche ou bien même s’asseoir comme en B14, foi de Papy's Forty
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Passons au 49er !!! 29 Mai 2017 12:39 #5143

  • ggc
  • Portrait de ggc
  • Hors Ligne
Histoire.....vraie

Le «49er», vif petit loup de la mer
Par Pierre GRUNDMANN — 23 septembre 2000 à 04:42

Sydney envoyé spécial

«Nous sommes un peu les hooligans de la baie de Sydney», dit Jeremy Sharp. Grand, les cheveux grisonnants, il a 50 ans et plutôt l'air d'un cadre supérieur dans une entreprise de télécoms. Ce qu'il est dans le civil, d'ailleurs. Mais tous les week-ends, il enfile son short, son polo de tête brûlée des mers et prend la barre de son bateau, la Kawasaki Ninja de la voile, le 18 footer, le 18 pieds. «Je suis venu d'Angleterre en 1978, purement pour les 18 pieds. Si on aime régater sur petits bateaux, les 18 footers sont les meilleurs, et Sydney, le meilleur endroit au monde.» Aujourd'hui, il est président du Sydney Flying Squadron, le club de voile qui a inventé le bateau et organisé les premières compétitions, en 1891.

Gros cube. En théorie, le 18 pieds est un dériveur, un «dinghy» sans pont ni quille. En pratique, c'est une étrange embarcation, presque aussi large (5,20 m) que long (5,60 m), avec ses échelles de chaque côté et les trapèzes où s'accrochent les trois équipiers. Le mât, de 11 m, porte une surface de voile phénoménale, jusqu'à 120 m2, avec un spi de 38 m2, qui donne au bateau une puissance, une vitesse, une accélération de gros cube. Mais moins de manoeuvrabilité.

Trop puissant, trop extrême, trop imprévisible, trop «australien» pour une régate olympique. Mais le principe d'un dériveur léger ultrarapide a séduit les sages de l'Isaf, la fédération internationale de voile, qui voulaient des compétitions spectaculaires à Sydney. Après Atlanta, ils ont étudié et accepté les plans d'un architecte de 18 pieds, Julian Bethwaite. «J'avais dessiné le premier prototype en 1987, sur une nappe de restaurant, après un bon repas, dit-il. J'ai dû le modifier pour respecter l'esprit olympique, mais ce sont les autorités de la voile qui se sont adaptées à mon projet, pas le contraire.»

Le nouveau bateau olympique, baptisé 49er (Fortyniner) a été «européanisé», dit Jeremy Sharp. «Il est plus simple, plus facile à fabriquer.» Emmené par deux équipiers, il est moins long, (4,90 m, d'où son nom), moins large (2,90 m), avec un mât de 8,55 m. Et emporte moins de voilure.

Rebelles. Le 18 pieds, à Sydney, est une institution, née d'une idée révolutionnaire. Comme les rugbymen avaient créé une ligue professionnelle, le XIII, contre les amateurs fortunés du XV, les marins rebelles de Sydney ont inventé le 18 pieds pour faire la nique aux gentlemen des vénérables yacht-clubs qui refusaient que les régatiers soient rémunérés.

Dans les années 30, les régates de 18 pieds attirent des publics considérables, qui suivent les courses depuis les ferries. Les bateaux, poussés par des constructions de voiles baroquissimes, emportent des équipages d'une quinzaine de personnes. Aujourd'hui, la ferveur est un peu retombée malgré les retransmissions télé. Mais les fanatiques se retrouvent encore, chaque week-end, pour des régates endiablées.

Les 18 footers sont ultrarapides (record officiel: 38 noeuds) et surpuissants: ils peuvent tirer des skieurs nautiques. «Une montée d'adrénaline», dit Bethwaite. Mais ils sont très durs à manoeuvrer, dessalent souvent. Le bateau, sous spi, accélère très vite et peut changer brusquement de cap. «On se sent continuellement sur le fil du rasoir, dit Jeremy Sharp. Quand le bateau marche bien, c'est la sensation la plus forte qui existe. Mais quand ça va mal, ça va vraiment très mal. Les collisions avec d'autres bateaux sont nombreuses. On passe notre temps à gueuler pour les prévenir. On n'a pas une très bonne réputation.»

Acrobates. Le 49er est presque aussi rapide que son cousin australien (record officiel : 34 noeuds). «C'est une énorme sensation, confirme Jean-Pierre Salou, de l'équipe française. C'est un bateau très léger, il glisse, accélère et décélère très vite, au gré du vent. Au portant, le 49er va moins vite. Au près, c'est à peu près pareil.» Et il est à peine plus docile. «On peut sortir avec des vents de 30 noeuds, poursuit le Français. Le problème, c'est quand la mer est formée. On dessale assez vite. Le bateau est instable, il lui faut de la vitesse pour trouver l'équilibre. C'est un bateau pour acrobates.»

Après 12 régates sur 16, la paire française (Dimitri Deruelle et Philippe Gasparini) était 11e vendredi. Les Australiens, emmenés par une star du 18 pieds, Chris Nicholson, sont sixièmes... Naufrage en vue .

Pierre GRUNDMANN
Dernière édition: 29 Mai 2017 12:40 par ggc.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Temps de génération de la page : 0.163 secondes
Propulsé par Kunena